Livraison gratuite à partir de €35 d'achat 🚚 En ce moment, -5€ sur votre commande dès €45 🙌

Vrai ou faux : idées reçues sur le déodorant


femme aisselles dessous de bras  

La transpiration sécrétée par nos aisselles sent mauvais
FAUX → La transpiration de notre corps est initialement complètement inodore. En revanche, les glandes situées sur les aisselles et les organes génitaux produisent une transpiration riche en protéines, en sébum et en acides gras dont les bactéries raffolent. Et c’est le contact de notre peau avec ces bactéries qui produit des composants chimiques responsables de l’odeur de transpiration que nous redoutons tant.

Les sels d’aluminium traversent la barrière cutanée de notre peau
VRAI  Le sel d’aluminium est une molécule issue du métal qui a pour effet de réduire la taille de nos pores, diminuant ainsi le volume de transpiration sécrété par les glandes. Il existerait des risques liés entre l’utilisation quotidienne de produits contenant des quantités importantes de sels d’aluminium, et l'apparition du cancer du sein et de la prostate.
Si la peau est irritée ou qu’elle comporte des micro-coupures comme par exemple après le rasage, les sels d'aluminium peuvent traverser la barrière cutanée de notre peau. Si la peau est intacte, les sels d’aluminium restent à la surface de la peau.
Attention, ce n'est pas parce qu'un déodorant ne contient pas de sel d'aluminium que le reste de ses composants ne comportent pas de risque pour la santé. Les conservateurs et les parfums contenus dans les déodorants industriels contiennent des substances allergènes et/ou suspectées de perturber notre système hormonal.
 
Les tests de toxicité des composants tels que l'aluminium sont menés sur les animaux 
VRAI  Malheureusement, des tests de toxicité à doses répétées sont effectués sur les animaux tels que les chiens. Par exemple, le rapport de l’ANSM (l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament) sur l’évaluation du risque lié à l’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques (2011) indique l’administration d’aluminium à dose répétée par voies locale et orale sur des chiens pour évaluer les effets neurotoxiques ainsi que les effets sur les testicules, les embryons, le foetus et le lait maternel. 
 
Les bombes spray-aérosol ne sont pas recyclables 
FAUX  Elles sont recyclables, mais il n’est pas évident de savoir dans quel circuit mettre sa bombe aérosol à recycler. Cela diffère en fonction du pays et du gaz contenu dans ce type de contenant. Le gaz propulseur de nombreux cosmétiques (laque pour cheveux, mousse à raser, déodorant...) est inflammable, et peut exploser au contact de la chaleur ou si le récipient est écrasé. Par ailleurs, les gaz propulseurs à base d’hydrocarbures (butane, propane, isobutane) favorisent la formation d’ozone en basse altitude. Enfin, les personnes souffrant d’asthme risquent de déclencher une crise s’ils respirent le brouillard émis par ce type de bombe aérosol. 
 
Il suffit de 5 ingrédients pour fabriquer son déodorant maison en 10 minutes
VRAI  Préparé avec trois quarts d’ingrédients comestibles, le déodorant fait maison permet de maîtriser les ingrédients appliqués sur sa peau, et de les choisir bios. Dans notre kit et recette pour fabriquer son déodorant maison, le bicarbonate de soude a une vertu anti-odorante, et l’arrow root ou la fécule de maïs (également utilisés en cuisine, ou comme alternatives au shampoing sec) absorbe la transpiration sans poser de risque sur la santé. Par ailleurs, l’huile de coco et le beurre de karité sont hydratants, et les huiles essentielles se substituent aux parfums qui contiennent de l’alcool. L’huile essentielle de lavande est notamment connue pour ses vertus calmante, antiseptique et antibactérienne. Et si vous préférez une huile essentielle plus rafraîchissante comme la menthe poivrée, ou une huile au parfum de citronnelle ? Vous décidez ! A vous de jouer. Arrêtez d'acheter du déodorant et testez vous-même la réalisation de votre déodorant fabriqué maison.

Vous aimerez aussi :